Séminaire de travail sur « les rythmes urbains »

Le 1er décembre 2017, l’axe Expériences et mises en récits de l’urbain de la FR Agorantic organise un séminaire de travail sur « les rythmes urbains », salle 0 E20 du Hannah Arendt de 9 h à 12h30.

 

S’intéresser aux rythmes urbains, c’est chercher à savoir qui est où, à quel moment et pour quoi faire ?

Cette connaissance s’avère difficile à l’heure de l’individualisation croissante des rythmes de vie qui supplante l’organisation fordiste de la société. En effet, les rythmes de travail se diversifient (horaires décalés, fractionnés, de nuit, de week-end…). Le travail lui-même devient moins structurant pour une part croissante de la population (conséquence notamment du vieillissement de la population) au profit de temps de loisirs aux horaires et rythmes plus diversifiés. L’économie mondialisée, les progrès des TIC imposent leur rythme continu, 24h/24, 7 jours/7, avec une forte demande de réactivité et d’instantanéité.

Cette diversification, individualisation et accélération des rythmes de vie a pour conséquences (liste non exhaustive) :

  • Une demande étendue de services et d’animation,
  • Une impression constante de manquer de temps,
  • Des «conflits temporels» quand les usages des uns, notamment dans l’espace public, dérangent les usages des autres (bruit lié aux activités nocturne par exemple).

Par ailleurs, des inégalités apparaissent dans la capacité de chacun à gérer son temps, inégalités qui recoupent souvent des questions sociales, de genre ou de génération.

Ainsi, parallèlement à la planification spatiale du territoire, il apparait de plus en plus important de s’intéresser à sa planification temporelle pour en optimiser le fonctionnement, afin que la ville puisse offrir à chacun ses ressources et services quand il en a besoin tout en ne nuisant pas au confort de vie des autres. Cette perspective de « chrono-aménagement » oblige par exemple  à questionner la qualité de l’accessibilité spatiale et temporelle aux commerces, services et équipements de la ville et par conséquent l’offre de transport, ou encore les usages temporels des espaces et bâtiments publics ou privés et leur possible optimisation

 

Objectifs du séminaire

Dans ce contexte général, ici dressé à grands traits, le séminaire Agorantic a pour objectif de susciter des projets  interdisciplinaires de recherche articulés à la question des rythmes urbains.
Les questions à aborder sont par exemple :

  • Quels outils mobiliser, ou créer, pour décrire et visualiser les rythmes territoriaux à l’heure du big data  ?
  • Quelle mise en récit de ces nouveaux rythmes dans la pratique artistique?
  • Quelle esthétique de la ville perçue à travers ces nouveaux rythmes ?
  • Quelles implications en termes d’aménagement et de développement consécutives à la prise en compte des nouveaux rythmes de vie en termes de politique de transport, d’accès aux services, de création d’outils nécessaires (liés aux TIC notamment) pour une meilleure coordination spatio-temporelle des activités individuelles (par exemple pour l’optimisation de la localisation des services en fonction des rythmes des populations) ?

Pour des débats de qualité laissant la possibilité de déboucher sur d’éventuels projets concrets et pratiques, outre des enseignants chercheurs de l’UPAV et d’autres Universités, des représentants du monde socio-économique participeront au séminaire Agorantic sur les Rythmes urbains tels que la ville d’Avignon, qui souhaite mettre en place une « maison des temps » pour une meilleure coordination temporelle des activités, la responsable de la mission Temps et Territoire de ‎Montpellier Méditerranée Métropole, l’Agence d’Urbanisme Rhône Avignon Vaucluse ou encore le groupe transport Transdev.