Cycle de conférences Master Gouvernance Numérique : janvier 2020

En partenariat avec le LBNC, le LIA et la FR Agorantic

Le Master Gouvernance Numérique

vous invite à son cycle de conférences ouvertes

*** Janvier 2020 ***

  • 16 janvier 2020, 14h-16h – 2e05 – Antoine FAURE : La politique des fonctionnalités : contradictions techniques et luttes discursives autour du chiffrement “end-to-end” de WhatsApp

Antoine Faure est enseignant-chercheur au Centro de Investigación y Documentación (Universidad Finis Terrae, Santiago du Chili)). L’implémentation du chiffrement “end-to-end” par WhatsApp a été célébrée par beaucoup; venant confirmer la réputation d’une application de messagerie instantanée amplement promue pour sa dimension participative et la protection des données échangées. A partir d’une recherche mêlant analyse critique des discours et reconstitution de la trajectoire de cette technologie, nous avançons que la mise en œuvre d’une telle fonctionnalité doit être interprétée comme un mouvement stratégique qui s’inscrit dans une bataille de relations publiques entre WhatsApp Inc. et les États nationaux. Ce mouvement comporte une double tactique : d’une part, éviter un conflit direct avec l’Etat tout en présentant ce dernier comme l’ennemi des libertés individuelles, et d’autre part, privilégier la massivité commerciale aux dépens de l’utopie technologique.

  • 23 janvier 2020, 10h-12h – 2e01 – Sylvain ROCHELEAU : Ce que l’informatique cognitive apporte à l’étude de la circulation de l’information ?

Sylvain Rocheleau est Professeur en communication et co-fondateur de l’Observatoire de la circulation de l’information (OCI), à l’Université de Sherbrooke-Québec. Ce séminaire tentera d’exposer comment des méthodes telles que le moissonnage de données, le traitement automatisé des langues, le web sémantique et la visualisation de Big data peuvent contribuer à l’amélioration de notre compréhension de certains enjeux sociaux présents dans les médias. On y abordera les forces et faiblesses de ces méthodes à l’aide d’exemples de résultats de recherche en cours, mais aussi en tentant de jeter les bases d’un programme de recherche visant à comparer les discours sur le nationalisme des médias de différents pays, dont ceux de France.